Image and video hosting by TinyPic

Pour tous ceux qui aiment la vie tout simplement

: Ajouté le 21/10/2019 à 21:49

Click for Full Size View

Bienvenue dans mon monde de paix ,d'amour et d'amitié...

Puissiez-vous vous ressourcer sur mon blog...

Merci de vos visites...

Lorada...

Tags :

» Catégorie Not specified
Lien permanent :: Envoyer à un ami

La fontaine de la sagesse

: Ajouté le 30/1/2010 à 09:09

Le bonheur ne se trouve pas avec effort et volonté,
Mais réside là, tout proche,
Dans la détente et l'abandon,
Ne soit pas inquiet, il n'y a rien à faire.
Tout ce qui s'élève dans l'esprit n'a aucune importance.
Parce que dépourvu de toute réalité.
Ne t'attache pas aux pensées, ne les juge pas.
Laisse le jeu de l'esprit se faire tout se seul,
S'élever et retomber,
Sans intervenir.
Tout s'évanouit et recommence à nouveau, sans cesse.
Cette quête même du bonheur est ce qui t'empêche de le trouver.

Comme un arc-en-ciel qu'on poursuit sans jamais le rattraper.
Parce qu'il n'existe pas, parce qu'il a toujours été là,
Et parce qu'il t'accompagne à chaque instant.
Ne crois pas à la réalité des choses bonnes ou mauvaises,
Elles sont semblables aux arcs-en-ciel.
A vouloir saisir l'insaisissable, on s'épuise en vain.
Dès lors qu'on relâche cette saisie, l'espace est là,
Ouvert, hospitalier et confortable.
Alors jouis-en.
Ne cherche plus.
Tout est déjà tien.
A quoi bon aller traquer dans la jungle inextricable,
L'éléphant qui demeure tranquillement chez lui.
Cesse de faire.
Cesse de forcer.
Cesse de vouloir.
Et tout se trouvera accompli,
Naturellement.

Dagho Kagyu

Tags :

» Catégorie Not specified
Lien permanent :: Envoyer à un ami

Page tournée...

: Ajouté le 12/6/2008 à 13:56

img511/3688/animationpaysagerosejaurl5.gif

Césure du Temps,
J'ébarbe les pierres d'ombre,
La lumière s'y glisse
Au chemin des élans

Ô raison ineffable ! fondre
Fait donc, prémices
De renaissance à soi,
Zonage, arrimage au fond

Le coeur de joie se doit,
Comme une hirondelle
faire printemps au bond
peut, son chemin trouvant

"Va donc, déploie tes ailes"
Vert, Murmure à soi même,
Derrière mur heures blêmes,
Abysse contre courant.

Le vent m'emporte aux hier,
Entre un espoir d'avenir,
Fenêtre ouverte sur l'univers,
D'étoiles tapies au sourire...

Plus fort, plus loin,
Souffle de l'âme s'emmène
Là où il croyait trouver reine,
Déveine ! sortie du coin.

Plus fort, plus loin...
Plus las, se revoit silences
De glaces, poussé à l'errance,
Cherchant bras en faim [...]

S'agenouille pour ramasser
Larmes de peau, frissons sourds,
De l'indifférences à un détour,
Les formes pour mieux oublier [...]

Aujourd'hui en fin, la plume
Peut fermer les guillemets,
Laisser couler ses peurs,
Poussières enchaînées au sac

Elle s'est faite d'une vrille
Un guibre intérieur,
Pour conduire sa barque
En nocher tranquille

anonyme...

Tags :

» Catégorie Not specified
Lien permanent :: Envoyer à un ami

Petit chant pour le coeur

: Ajouté le 10/6/2008 à 13:58

img120/9824/animationcadreenfantmw6.gif


Ô ! toi qui bondis, bondis !
Parfois te tords de douleur,
Ou suis l'élan créateur,
Tu es l'chemin de la vie...

Et si la lune et les étoiles
S'enfuient derrière les nuages,
T'ouvres toutes les fenêtres,
Libre d'air, fonds à leur toile

Et si l'abysse, l'rivage
Déchiré, devient l'maître,
Te fais le souffre ou l'gel,
T'épanches l'encre du temps.

Ô ! toi qui bondis, bondis !
Est toujours à fleur de sens,
Au soleil déploies les ailes,
Fais valser le rougeoyant...

Et si les vannes soupirent
Des larmes, rongeant le rêve,
Au seuil d'la nuit, à l'immense
T'ouvres les cieux d'un sourire

Et si l'embrasée s'achève,
Uses une bulle, n'oublies
L'étincelle pour suivante,
L'rythme de ta symphonie

Ô ! toi qui bondis, bondis !
Forges les âmes aimantes,
Rapproches, unies, fusionnes,
Chantes la beauté d'la fleur,
Tu es, sans cesse t'passionnes,
Combustible du bonheur.

Pascal Lamachère

img120/2355/animationfondusignaturebz7.gif

Tags :

» Catégorie Not specified
Lien permanent :: Envoyer à un ami

Baiser rose,baiser bleu

: Ajouté le 7/6/2008 à 14:00

img184/6056/animationcoeurroseqd4.gif

À table, l'autre jour, un réseau de guipure,
Comme un filet d'argent sur un marbre jeté,
De votre sein, voilant à demi la beauté,
Montrait, sous sa blancheur, une blancheur plus pure.

Vous trôniez parmi nous, radieuse figure,
Et le baiser du soir, d'un faible azur teinté,
Comme au contour d'un fruit la fleur du velouté,
Glissait sur votre épaule en mince découpure.

Mais la lampe allumée et se mêlant au jeu,
Posait un baiser rose auprès du baiser bleu :
Tel brille au clair de lune un feu dans de l'albâtre.

À ce charmant tableau, je me disais, rêveur,
Jaloux du reflet rose et du reflet bleuâtre :
" Ô trop heureux reflets, s'ils savaient leur bonheur ! "

Théophile Gautier

img515/1847/animationdoucejourneuo8.gif

Tags :

» Catégorie Not specified
Lien permanent :: Envoyer à un ami

<- Précedent :: Suivant | | ->

A propos du blogueur


| Contact author |